Archives du blog

Nadia Bourgeois – Auteure de romans et pièces de théâtre mais pas que…Non, pas que

Ma belle rencontre interview avec Margaux Gilquin ! 

couv sac a main (1)

Je vais vous parler d’une autre rencontre magique via les réseaux sociaux. Il s’agit de Margaux Gilquin, l’extraordinaire auteure de  » Le dernier salaire », publié chez XO en 2018. Elle m’ a proposé il y a quelques temps de cela de m’interviewer pour écrire un article sur son blog. Nous nous sommes fixé rendez-vous le mardi 6 février à l’heure du déjeuner et cette rencontre fut pour moi un vrai coup de coeur ! Margaux Gilquin est toute en fleur de peau 🙂 Une belle sensibilité et générosité, une curiosité de l’autre et une intelligence vives, doublées d’un humour désopilant qui vous met de suite à l’aise.

Mais je vais cesser de bavarder et vous laisser découvrir le résultat de notre entretien via le lien ci-dessous. Merci Margaux pour ce moment exceptionnel passé en ta compagnie !

Portrait par MARGAUX GILQUIN 

Elle est pétillante et malicieuse, observatrice et psychologue. Elle donne aussi des cours de « Sacologie »…oui vous avez bien lu…des cours de « Sacologie », en lisant son portrait vous comprendrez mieux:).

Bon, il est temps que je vous présente Nadia Bourgeois. Mais  d’abord je vous voudrais vous dire ce que, moi, j’ai ressenti en sa présence. Oui, en sa présence, parce-que j’ai eu la chance de partager un repas avec Nadia, dans le QG des auteures bordelaises, et que ce repas je ne suis pas prête de l’oublier.

Il y a eu le premier regard échangé, équivalent à un coup de foudre amical. Vous savez le premier regard qui donne le sentiment que cette nana là on la connait depuis toujours.

Puis les premiers pas faits ensemble jusqu’au restaurant. La porte poussée, la table choisie, le repas commandé et enfin le tête à tête.

La minute qui fait que ça passe.

Ou pas.

Et perso, bah c’est super bien passé avec Nadia. Tellement bien qu’on a pas vu l’heure tourner, qu’on a pleuré de rire, souri de tendresse. Tellement bien qu’on va remettre ça parce-que Nadia c’est une nana pas comme les autres du tout. Elle écrit à merveille, anime des ateliers d’écriture, écrit des pièces de théatre. Et le tout dans la simplicité la plus totale…

Je suis conquise par ce troisième portrait d’auteures Bordelaises.

Merci

via Nadia Bourgeois – Auteure de romans et pièces de théâtre mais pas que…Non, pas que

bandeau-nadia-bourgeois-auteur1

 

Publicités

Métamorphose

Chemin de vie :

Précédemment, j’ ai évoqué l’animal totem. Le mien est le papillon, le symbole de la métamorphose. Le temps est venu pour moi de sortir de ma chrysalide pour prendre mon envol, exprimer ce qu’est ma vision du monde. Je l’ose un peu plus chaque jour et je ressens le bonheur intense que me procure l’échange avec les autres bloggers. L’échange ne nuit qu’à celui qui le fuit. J’ai découvert des personnes qui sont des univers à elles seules et moi même, je vis actuellement des moments uniques et intenses. Je viens de passer une excellente soirée en compagnie d’amis précieux et je me sens sereine. J’ai envie d’écrire et d’écrire encore et encore, jusqu’à assécher l’encre de ma plume.

Voilà maintenant deux an que je suis des cours d’écriture auprès d’ Anaël Verdier à Bordeaux http://atelierdecriturebordeaux.com/ . J’ aime noircir du papier et j’ai tellement envie de partager que c’est tout naturellement que je me suis tournée vers cet atelier. Je ne le regrette pas car j’y ai suivi et y  suis encore un  enseignement exceptionnel.  Anaël ne se contente pas de transmettre des techniques d’écriture. Il accompagne les auteurs dans ce processus long et douloureux qu’est l’identité d’auteur en compagnie d’intervenants comme Caroline Cochet http://nouvellesecritures.fr/qui encadre efficacement les synopsis des aspirants écrivains ou encore Denis Tison http://www.versionfinale.org/ dont la bienveillance aide à voir plus clair en soi et en son chemin de vie d’auteur. Je  traverse une expérience exceptionnelle dans laquelle j’ai découvert qu’écrire des histoires, c’est d’abord écrire la sienne. C’est le récit d’une métamorphose.Je mesure à quel point le chemin est long, mais la distance à parcourir ne me préoccupe plus parce que j’ai enfin saisi l’essentiel. C’est le chemin qui est important, pas la destination, parce qu’elle sera de toutes façons, le point de départ d’une autre route. Jane Auel a suivi des cours en atelier d’écriture et cela a donné naissance à la saga, « les enfants de la terre ». Camilla Lackberg, également connue pour son talent dans le polar suédois, aurait suivi, elle aussi, des cours en atelier d’écriture. Si vous aimez écrire mais que la foi,  le courage ou l’inspiration vous manquent, n’hésitez pas à prendre des cours et laissez les mauvaises langues et les fervents croyants vous dire que c’est un acte réservé aux dieux.