Archives de Catégorie: philosophie

Alice et Krishnamurti Qui suis-je ?

Alice au pays des merveilles

alice au pays des merveilles

« Je me demande si j’ai été transformée pendant la nuit. Réfléchissons : étais-je bien la même quand je me suis levée ce matin ? Il me semble en effet me rappeler que je me sentais un peu différente. Mais si je ne suis plus la même, une question s’impose : qui puis-je bien être ? Ah, voilà la grande énigme ! »

«  La chenille retira le narguilé de sa bouche et s’adressa à Alice d’une voix molle et endormie :

– Qui es-tu, toi ? (…)

– Je… je ne sais pas vraiment, madame, pour le moment. Du moins, je sais qui j’étais quand je me suis levée ce matin, mais je pense que, depuis, j’ai dû changer plusieurs fois.

– Que veux-tu dire par là demande sévèrement la chenille. Explique-toi.

– Hélas ! Madame, le « moi » que vous me demandez d’expliquer n’existe plus. Je suis une autre, voyez-vous.

– Non, je ne vois pas.

(…)

– Eh bien, vous ne vous en êtes peut-être pas rendu compte, dit Alice, mais quand vous devrez vous changer en chrysalide-un jour vous serez obligée vous savez- et ensuite vous changer en papillon, je pense que cela vous paraîtra  un peu bizarre, non ?

– Pas le moins du monde.

– Eh bien, vous n’êtes peut-être pas de cet avis, mais je sais que moi, je trouverais ça très bizarre.

– Toi ! dit la chenille avec mépris. Qui es-tu, toi ? »

Après avoir relu ce passage du livre de Lewis Caroll, je me suis dit :

– C’est vrai ça, au fait. Qui suis-je ? J’ai demandé à moi-même. Mais moi-même était bien en incapacité de me répondre car il n’est pas moi.

– Qui peut répondre mieux que toi-même ? me rétorqua-t-il.

– Tu as raison, je vais lui poser la question.

Toi-même a formulé simplement cette injonction : « Connais-toi toi-même. »

C’était à devenir fou ! J’ai renoncé à me connaître alors j’ai demandé :

– Qui êtes-vous ?

Publicités

Le Petit Prince

Antoine de St Exupéry :

« On ne voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux. »

la synchronicité

Définition web :
« Dans la psychologie analytique développée par le psychiatre suisse Carl Gustav Jung, la synchronicité est l’occurrence simultanée d’au moins deux événements qui ne présentent pas de lien de causalité, mais dont l’association prend un sens pour la personne qui les perçoit. »

Longtemps considérée comme un pur hasard, la synchronicité semble admise aujourd’ hui comme un évènement qu’il est possible de provoquer. Cette maîtrise du phénomène ouvre sur de nouvelles perspectives en termes scientifiques et dans nos rapports humains .

Dans ses livres, Piaget décrit la période de l’enfant durant laquelle ce dernier apprend qu’il n’a pas de pouvoir sur le monde, comme une période de décentration. Qu’il n’est pas le centre de l’univers,que tout existe en dehors de lui et a une vie propre.
Et si l’enfant apprenait finalement à avoir un pouvoir sur le monde qui existe en dehors de lui en entrant dans la conscience de ce monde ? Ce pouvoir pourrait-il s’affirmer comme un état de « perception » refoulée par la conscience collective ? Peut-on envisager le hasard comme une immanence transcendantale ?

Jean François Vézina dans « les hasards nécessaires » développe la théorie selon laquelle il n’y a pas de hasard mais une intuition exacerbée des choses.

La morphogénèse de Rupert Sheldrake :

Le personnage et la théorie sont très intéressants à découvrir et méritent qu’on s’y attarde. Ce biologiste remet en cause 10 dogmes scientifiques dont un en particulier développé dans cette vidéo. Il s’agit d’une conférence sur la variation de la « constante » de la vitesse de la lumière qui lui permet de remettre en cause le dogme selon lequel notre expérience humaine se réduit à une expérience immuable avec brio et beaucoup d’humour. Selon lui, tout peut changer si nous prenons la science comme un formidable outil d’expérience et non pas comme un système de croyances figées. Il questionne la nature de l’esprit. Pour lui, il ne réside pas dans notre cerveau. Il peut voyager.
Peut-on maginer que ce déplacement est ce que l’on pourrait appeler l’intuition, la divination, la synchronicité, etc… ? Le chamanisme explore déjà ce voyage de l’esprit.

Lavoisier ne disait-il pas:  » rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ? »
J’y vois un corollaire à la pensée de Darwin sur l’évolution des espèces et une formidable opportunité d’écorner un peu toutes ces croyances qui nous empêchent parfois d’observer, de réfléchir, de questionner et d’élargir notre perception sur le chemin de notre propre connaissance. L’esprit est la matière et la matière est esprit.
Je vous suggère vivement d’écouter jusqu’au bout afin de comprendre sa théorie. J’adhère à sa proposition. Faites-vous votre propre opinion.
Rupert Sheldrake aurait été menacé de censure pour ses théories. Est-ce que le procès de galilé se répète ?

Vidéos trouvées sur : http://www.synchronicite.net/