Archives de Catégorie: ecriture

Ode à mes amis blogueurs et blogueuses 

Il arrive parfois qu’un élan vous traverse avec la fulgurance d’un éclair. Et si je rendais hommage à ceux qui peuplent la blogosphère, qui m’encouragent, me réservent leur attention et m’enchantent de leur voix singulière d’une façon particulière ?  Il y en a tant ! Je n’ai pu être exhaustive malheureusement, aussi, y reviendrai-je sûrement.

Voyage en blogosphère 

Avez-vous déjà été en Aphadolie, cette mystérieuse planète de la connaissance où le savoir, balayé par la douceur de Green norden, circule en permanence ? Là-bas, tout est idéelle. Tandis que je traversais la bienveillante landcheyenne sous le ciel lumineux de Leyenda, je me laissais bercer par les vers oniriques de Moonath qui parvenaient jusqu’à moi dans un voile de murmures et je connus soudain l’envol poétique, Le vertige de l’oiseau. Il m’emporta Vers Antarès, terre de lyrisme enchanteur, découvrir les magnifiques Narines de crayon dont les mots taillés comme des monts sont traversés par une Culturieuse joyeuse montée sur un chevalet fougueux. Elle m’entraîna dans son sillage au pays des couleurs stupéfiantes,navigant sur des toiles singulières. Alors que j’atteignais les limites de ces contrées décalées, je vis les gifs de Dominique s’animer dans l’œil d’une flâneuse bretonne alanguie. Le regard appuyé contre le sien, la belle Anita, parée de tissus chatoyants, chantait les louanges de la féminité. Je les délaissais à grand peine, poursuivant inlassablement ma route,poussée par un délire de Brindille, portée par la hâte d’apercevoir d’autres univers merveilleux. Là, Elisa, Laurence et Polina aiguisaient leur plume, faisant jaillir des geysers d’émotions dans des déserts de vélin immaculé. Antony’M les histoires me soufflaient-elle. Je ne suis rien sans elles, murmurais-je, songeuse. C’est alors qu’Aquileana m’apparut, m’invitant à m’asseoir auprès d’elle. Elle me conta les mythes gréco-romains en me tenant la main.
Je prenais la mesure de l’immensité de la blogosphère et de ses richesses insoupçonnées.

Publicités

HENRI MICHAUX

Henri Michaux Ecrivain poète peintre.

michaux portrait

Portrait Henri Michaux

 

Le vieux nébuleux

Toi, vieux nébuleux sans nom croupissant dans la chair

D’un évanescent royaume aux béances oculaires

Je vois abdiquer la lumière de ton essence indomptée

Rouler sur tes joues glabres tes rêves édentés

Devant l’agitation des corps crépusculaires

La déferlante inutile de cris contestataires

Des corpuscules émaciés par de vaines suppliques

Un signe insignifiant, un jet d’homme extatique

Une larme de sang rougissant

Dans ce regard qui ne veut pas se taire.

Nadia Bourgeois

 

Transcender la douleur

FRIDA KHALO

Frida Khalo artiste peintre

 

Transcender la douleur

Nul ne ravira ma vie, personne ne rongera mes chairs, c’est moi qui me déroberai à elles. Je les surprendrai par devant, d’un trait de génie, d’un coup de vers. J’irai là où je ne m’attends pas, juste pour voir s’il y fait froid, juste pour voir si je m’y noie. Mais je n’irai pas en arrière, je ne regarderai pas mon dos, je lui tournerai les yeux pour ne pas regretter.

Nul ne saura qui je suis, personne ne dictera mes mots, c’est moi qui brouillerai mon âme, je la maquillerai d’artifices. Je me mettrai en pieds, je pousserai bien haut et je lècherai le ciel, juste pour le trouer, juste pour m’amuser. Mais je ne cèderai pas mon souffle, je l’userai jusqu’à le perdre, jusqu’à me perdre de liberté, jusqu’à me tuer d’aimer.

Nul ne lira dans mes rêves, personne ne souillera mon monde, c’est moi qui les dessine ici. J’encrerai les branches des arbres, je rougirai les lacs et les forêts. Je tracerai des sillons de pensées en fleurs sur les routes de campagne, j’inonderai les flux dormants des hommes de grands projets inavoués. Mais, je n’oublierai pas d’insuffler la passion d’un amour sans condition.

L’envers de l’endroit où la racine se fissure surgira, d’une vigueur nouvelle, d’un espoir insoupçonné.

Nadia Bourgeois

Un meurtre vient d’être commis

TEMOIGNAGES STAGE POLAR

22 et 23 avril 2017 au 9, Rue du Hâ, à Bordeaux
Une chair incisée, un liquide rouge qui coule le long d’une lame effilée, un cri de plaisir coupable étouffé dans la nuit… Vous venez de commettre un meurtre !
Les 22 et 23 avril, j’invitais des auteurs à s’initier aux techniques d’écriture de polar pour éprouver leur flair, mettre à l’épreuve leur sens de la rigueur et de l’humour au service de l’écriture. Un groupe de personnes a répondu à cette indécente, mais néanmoins délicieuse proposition.
J’avais envie de partager avec vous cette expérience enrichissante à plus d’un titre.

C’était ma première expérience de stage sur deux jours et j’y ai pris énormément de plaisir. Le bilan de ce week-end est très positif. Le stage s’est déroulé dans un climat très convivial. Les membres du groupe ont pu partager leurs idées, bénéficier des retours bienveillants, des questionnements pertinents de chacun, être partie prenante dans les histoires des uns et des autres au fur et à mesure que se dessinait leur intrigue. Le tout, ponctué de fous rires !

Nous avons évoqué les différentes situations d’enquête, découvert les acteurs du système judiciaire et pénal, les circonstances d’un crime ou délit, les personnages et tous les autres points essentiels à la création d’un polar.
Cette expérience a été extrêmement bénéfique tant pour moi que pour les participants. Elle leur a permis de faire connaissance, de découvrir la mécanique propre à ce genre, de gagner en confiance au fur et à mesure qu’ils acquéraient les techniques nécessaires à l’élaboration de leur histoire.

En ce qui me concerne, j’en sors grandie avec la conviction que l’écriture éclairée par des supports et réalisée dans l’échange se conçoit moins comme une souffrance ou un objectif impossible à atteindre. Le stage fut l’occasion pour nous de retrouver une âme d’enfant et d’aborder l’écriture sous forme de jeu. Résoudre des énigmes s’est avéré un exercice fort amusant.

A l’issue du stage, chacun des participants est reparti avec le synopsis plus ou moins détaillé de sa propre histoire avec une même envie : Commettre à nouveau ! Nous avons convenu de nous retrouver prochainement pour poursuivre l’aventure.

Quand on a tué une fois, difficile de résister à la tentation de faire couler l’encre une seconde fois.

COMMENTAIRES

« J’ai toujours cru que je n’avais pas l’esprit polar: tellement de rebondissements et de fausses pistes à imaginer… Alors quand Nadia m’a parlé de son atelier, j’ai dit oui de suite. Et après deux jours intenses (mais qui sont passés tellement vite), je me retrouve avec une trame solide d’histoire.
Les brainstorming avec les autres auteurs ont été très enrichissants, et c’est fascinant de voir les histoires s’articuler, les personnages prendre vie…
Un grand merci à Nadia pour cette superbe expérience (les surprises de la vie parfois…) que nous allons recommencer très vite! »
Albane

Rien de plus excitant que de passer de l’autre côté du miroir. Alors, c’est fait comme ça un polar.
Tous les livres que nous avons lus depuis des années et qui nous ont fait vibrer. Ben oui avec méthode, patience avec un plan bien défini.
Nous ici on a la chance d’être guidés pas à pas. Et encore plus fort pour moi qui suis débutant je découvre comment travaillent des auteures d’expérience.
Bref que du bonheur.
Christophe

Un stage sur l’écriture d’un polar : je ne pouvais pas laisser passer. Fondue de polars depuis plus de 20 ans, participer à un tel stage était une aubaine.
Pendant 48 heures, au travers d’une foultitude de questions, d’une méthodologie de travail particulière dispensée par la chaleureuse Nadia, j’ai construit les prémices de ma première structure de roman policier.
Le stage est structuré autour d’exercices bien pensés. On avance pas à pas dans la structure de notre roman guidée par Nadia. Ce sont vos réponses qui sont la base de cette structure.
On se laisse happer par les multiples exercices proposés et votre esprit travaille seul.
« Nadia vous met sur pilotage automatique ».
Des obstacles qui peuvent vous paraître infranchissables lorsque vous êtes chez vous devant votre page blanche disparaissent naturellement.
Le rythme du stage était intense, pas de temps mort. Notre groupe à joué le jeu : on s’est tous entraidés en ayant un regard bienveillant sur le travail de chacun.
Ma réflexion première lorsque je suis sortie de ce stage :
je suis enfin partie prenante d’un processus créatif. Fini le côté spectateur.
Bref c’est énorme….
A quand la suite ?
Stéphanie

2 jours pour construire la trame d’un polar…
Vous avez dit impossible ?
Et bien on l’a fait !!!

Sous la houlette bienveillante de Nadia, nous étions 4 sous le soleil de Bordeaux à tricoter des neurones pour décortiquer la mécanique du polar. Quel délice de trouver la meilleure manière de tuer, de semer des fausses pistes, de dénicher le coupable… Un grand moment de partage et de jubilation.

Et efficace ! Je suis repartie au bout de ces deux jours avec une architecture solide et une folle envie d’aller au bout de ce polar. D’ailleurs il ne se passe pas un jour sans que j’écrive.

Une tuerie, ce stage !
Merci Nadia et merci à Albane, Stéphanie et Christophe.
On fait la saison 2 quand vous voulez…
Elisa Tixen

Réinvente-moi Schiele !

schiele_embrace

Tableau Egon Schiele « L’enlacement »

Réinvente-moi Schiele !

Décharne-moi dans un horizon parme
Aurore-moi dans un horizon feint
Etire-moi dans un sillon de larmes
Essence-moi d’un trait d’humour repeint

Eviscère-moi d’un mot dans un geste défait
Arpente-moi jusqu’à perdre mon souffle
Réinvente-moi dans ta folie étoilée
Eveille-moi en toi de ton âme éraflée

Cristallise-moi dans tes rêves inavoués
Assouvis-moi de tes mains pénétrantes
Eclate-moi dans tes fantasmes esseulés
Impatiente-moi de ta vie rugissante

Réinvente-moi pour l’éternité !

Nadia Bourgeois

Hémophile anonyme

Extrait du film Irlandais Once, le film coup de coeur de Sundance  (2006)

Les acteurs et leur musique m’ont enchantée. C’est un partage qui vient du coeur, tout comme le texte qui va suivre.

Hémophile anonyme

Avant de pousser la porte des hémophiles anonymes, j’avais du mal à trouver ma place. Je saignais pour un enfant battu, un homme à terre, un vagabond affamé, une idylle perdue, la moindre déconvenue. Au début, mon entourage s’en émouvait, mais bien vite, s’en agaça. Tu n’as aucune pudeur et puis, tu mets du sang partout ! Face à ces récriminations, je n’avais d’autre recours que de dissimuler ma douleur. J’entourais mon cœur de bandages pour le comprimer. Jusqu’au jour où un ami me recommanda de rejoindre le groupe des hémophiles anonymes.
Au départ, je peinais à contenir mes débordements hémoglobulaires, mais au bout de quelques séances, je racontai fièrement n’avoir pas saigné devant mon poste de télévision en apprenant les conflits ou la progression de la misère dans le monde. Tous m’applaudissaient. Mon cœur avait fini par sécher. C’était bien mieux ainsi, m’avait-on dit. On ne pouvait pas sauver tout le monde. J’aurais pu me féliciter de ces encouragements, de ne plus souffrir de compassion, de ne plus étaler outrageusement ma douleur aux yeux des gens si je n’avais pas rencontré Mirabelle. Cette nouvelle recrue venue demander l’asile poétique. A son contact, ma poitrine a enflé ; je me suis mis à saigner un peu, beaucoup, passionnément, à la folie pour elle. J’ai rechuté, qu’importe ! Je ne suis plus anonyme. Si d’aventure je saigne trop, elle pose sa main sur mon cœur et ce dernier n’a plus peur. Je saigne juste ce qu’il faut depuis trois mois. J’ai toujours du mal à cicatriser, mais avec l’aide de Mirabelle, je n’ai plus à me protéger d’aimer.

Nadia Bourgeois

LA PHARMALIVRE

La pharma livre

Il arrive parfois qu’une lecture vous transcende, transforme votre journée ou votre vie.
Je tiens une petite librairie, impasse de la métaphore. Chez moi, ça sent le sous-texte, le café et le papier recyclé. Tous les soirs entre chien et loup, je reçois des inconnus de passage en quête de sens. Je répare les âmes troublées, les esprits tourmentés, les gens en quête d’univers singuliers, d’un peu d’amour à partager. Je les invite à s’asseoir sur le vieux canapé club en cuir hérité de ma grand-mère, entre les tables et les rayonnages surchargés de livres et cueille les confidences tardives. Je leur offre un café et j’écoute les battements de leurs cœurs, leurs rêves saturés d’un quotidien trop usé. J’entre dans leurs désirs les plus secrets, dans la dentelle délicate de leur iris fatigué de vivre ou blasé par la médiocrité. Là, sur la pointe du soleil couchant, je livre mon diagnostic et délivre une ordonnance de mots en décoction,  des citations en cataplasme et des nouvelles fraîchement pressées. J’investis la pensée de l’auteur et ma voix s’élève en volutes de murmures au contact des phrases ; j’accélère le rythme, recommande un chapitre, un titre. Les traits d’humour ou mots d’esprit fusent. Le patient se redresse, la poitrine soulevée par un soupir d’aise.
Il ressort de chez moi avec un petit sac de pensées d’Honoré de Balzac ou Dostoïevsky, Tolstoï, Kafka, Camus, Vian et tant d’autres encore ! De l’espoir en feuillets. Chez moi, on y entre seul, mais on en ressort toujours bien accompagné et on y revient toujours.

Nadia Bourgeois

« Comment trouver un homme assorti à son sac à main »

 

couv-sac-a-main

« Comment trouver un homme assorti à son sac à main » Nadia Bourgeois

La magie de l’amitié et de la rencontre

Aujourd’hui est un jour un peu spécial. Je suis avant tout auteure fiction, mais il y a quelques temps de cela, j’ai écrit un guide pratique intitulé  » Comment trouver un homme assorti à son sac à main ».  Un ouvrage qui part de l’hypothèse que l’on devrait choisir son partenaire comme on choisit son sac à main. Le sujet est traité avec humour, mais n’est pas dénué d’un fond sérieux puisque j’ai interrogé une centaine de femmes sur le sujet.

C’est une invitation à la réflexion au sujet de cet indispensable accessoire qui nous accompagne tous les jours, ce fidèle compagnon qui répond à tous nos besoins.

Mon amie auteure Elisa Tixen m’avait encouragée à l’envoyer à des éditeurs, mais j’hésitais. Entre temps, en avril 2016, j’ai fait la connaissance d’une autre jeune auteure, Alexandra Le Dauphin avec qui j’ai échangé  à l’occasion d’un événement auquel nous avions été conviées par une amie commune, Laurence Marino également auteure. Il s’agissait de faire partie du jury d’un concours qui devait récompenser le travail artistique littéraire de jeunes volontaires à l’insertion à l’ EPIDE de Bordeaux. Ils devaient produire un texte, une vidéo ou tout autre support mettant en scène dix mots.

Nous avons sympathisé avec Alexandra et évoqué nos écrits. J’ai alors envoyé mon manuscrit à la maison d’Edition La boîte à Pandore dont elle m’avait donné les références et j’ai eu la chance de recevoir leur proposition de publication.

Nous sommes le 10 février et hier, j’ai été interviewée par Jean Michel Plantey de France bleu gironde au sujet de la sortie papier du guide prévue le 16 février et disponible sur  les sites de Mollat, la FNAC, Cultura, Espace culturel Leclerc, Amazon, etc…

france-bleu-gironde

L’interview sera diffusée à 12h00 ce jour dans l’émission intitulée Place des grands hommes et disponible en podcast ensuite. Je suis heureuse de partager cet événement avec vous à quelques minutes de la diffusion en direct et je voudrais mettre à l’honneur et remercier ces amies qui ont rendu possible cette belle aventure.

 

 

Voeux 2017 : Le lampadaire qui voulait entrer dans la lumière

« J’aime le réel lorsqu’il est transfiguré avec une attention particulière »
Blaise Cendrars

transcender_400_wide

factoryb.com artiste Brandon Stahlman

Voeux 2017

Une page est tournée, mais l’histoire continue. 2017 est un pas de plus dans l’histoire de l’humanité et c’est nous qui l’écrivons. Je vous souhaite de trouver, si ce n’est déjà fait, ce sens à votre vie qui éclaire votre chemin et vous donne envie de vivre chaque jour pour créer, transcender et sublimer, tels des magiciens, ce quotidien dont nous devrions voir toute la richesse et prendre soin. Je vous souhaite une excellente année 2017 et une bonne lecture.

Le lampadaire qui voulait entrer dans la lumière

J’ambitionnais de me muer en lampadaire pour transcender l’univers, lui apporter ma lumière.
Lorsque je fus fin prêt et tout illuminé, je me tenais droit et fier, enraciné dans le bitume amer.
Eclairer les passants égarés dans l’obscurité, donnait à mon existence un certain sens de l’humanité.
Sensibles à mon éclat, ils relevaient la tête pour me saluer, me féliciter de leur montrer le chemin. Profitant de la clarté, ils se laissaient aller à musarder avant de rejoindre leur foyer.
Oubliant la fatigue de la station debout prolongée, je m’enorgueillissais de ces célébrations, gonflait mon ampoule de toute ma vanité, poussais l’excès de zèle jusqu’à les illuminer même en journée.
Les jours passaient et les passants aussi, hâtant le pas devant moi ; relevant la tête puis ne la relevant plus, jusqu’au jour où je ne vis plus que le bout de leur chapeau, émergeant du col de leur manteau.
J’avais beau briller de toute mon intensité, aucun regard ne trompait le trottoir.
Alors, je me mis à clignoter, grésiller de désespoir, puis m’éteignis. Un chien vint pisser à mon pied.
Le lendemain soir, enveloppés par la pâle bienveillance de la pleine lune, les passants pressés déambulaient devant ma dépouille sans sourciller et le surlendemain, dans la nuit épaisse, quelqu’un releva la tête, puis un autre et un autre… Il leur manquait quelque chose, mais quoi ?
– C’est le lampadaire, dit l’un d’eux.
– Il faut absolument appeler la mairie pour le signaler et le remplacer. Répondit un autre.
– Les lampadaires ne sont pas fiables, dit un dernier. Ils nous lâchent sans crier gare quand nous avons le plus besoin d’eux.
J’eus un sursaut, un élan de survie, je m’allumais, clignotais, grésillais, puis m’éteignis tout à fait.
Les passants haussèrent les épaules dans un soupir, puis comme tous bons passants qui se respectent, passèrent leur chemin.
Une personne cependant revint sur ses pas, posa sa main sur mon mât et souffla :
– Tu me manques, j’espère que tu reviendras.

Nadia Bourgeois

Le sourire de noël

Le sourire est le chemin qui mène à la métamorphose.

C’est bientôt noël et nous nous affairons tous activement pour offrir des cadeaux à ceux que nous aimons et ce, pour voir leur visage s’illuminer de ce sourire que nous attendons en retour et nous rend si heureux. Alors, n’oubliez pas d’offrir un sourire ! En attendant, je vous offre un petit texte juste comme ça, pour sourire.

Demain c’est noël. J’ai envie de faire un cadeau qui vient du cœur, un cadeau particulier. J’ai déjà ma petite idée en franchissant la porte de la boutique devant laquelle je passe tous les matins. Je reconnais le vendeur à l’air triste. Les épaules voûtées, il s’applique à ranger des coffrets cadeaux en forme de bouches énormes derrière le comptoir. Il relève pesamment la tête et me lance un regard laconique épinglé au-dessus d’un visage figé dans ses rides d’amertume.
– Vous désirez ?
… Un sourire s’il vous plaît. Il continue à ranger les coffrets.
– Quel modèle ?
… C’est-à-dire ?
– Un sourire franc, massif, narquois, hypocrite, large, commercial, timide… je vais pas vous énumérer toute la liste !
– Je n’y avais pas réfléchi, je… L’homme s’impatiente un peu.
– Sinon, j’ai les coffrets spécial noël à prix promo. Il désigne un coffret doré posé sur le présentoir prévu à cet effet. Juste au-dessous, il est écrit :
« Sourire glacial ».
– Je désire simplement un sourire chaleureux.
L’homme hausse les épaules et repose le coffret.
– C’est vous qui voyez. Quelle quantité ?
Je suis abasourdie.
– Comment, quelle quantité ? Un sourire peut-il être pesé ?
– Non, je veux dire, pourquoi un seul sourire quand vous avez la possibilité d’en avoir toute une variété ?
– Un seul suffira pour commencer, merci.
– C’est pour consommer sur place ou à emporter ? Vous pouvez l’essayer si vous le souhaitez, le miroir est à côté.
– Oh, non, ça ira, c’est pour offrir. Pouvez-vous l’emballer ?
– Oui, il faudra ajouter un supplément pour l’emballage.
– Entendu. Vous acceptez les bonnes intentions ?
– Non, la maison ne se contente pas de promesses.
-Vous prenez les mains tendues ?
– Non, ce n’est pas assez lucratif. Excepté si vos mains sont pleines, bien entendu.
– Oh, je vois… Je lui tends un billet.
L’homme l’encaisse rapidement, me fait un paquet et me tend mon ticket de caisse sans modifier son expression. Je le glisse dans mon porte-monnaie et je reste là, sans bouger. Il lève un sourcil interrogateur. Je brandis le paquet avec mon plus beau sourire et je lui dis :
– Tenez, c’est pour vous.
– Qu’est-ce… C’est une blague ?
– Non, monsieur, je suis sérieuse. Vous vendez des sourires, mais vous semblez avoir perdu le vôtre. Joyeux noël !
La stupéfaction passée, l’homme m’offre un large sourire.

Nadia Bourgeois