« La mini jupe is not dead », plaidoyer.

une-simone-600x356

La métamorphose n’est pas seulement une question physique, elle passe aussi par l’esprit. Le point de vue sur la liberté de chacun se façonne par la réflexion. Je vous soumets ce petit texte qui à défaut de vous convaincre, vous fera peut-être sourire.

La mini jupe is not dead !

Mesdames et messieurs les jurés, je voudrais attirer votre attention sur les dessous de l’affaire baptisée « Mary Quant », en hommage à la célèbre créatrice de mode, qu’on ne prendra pas pardessus la jambe, sans vouloir faire de jeu de mollets.

La jeune femme que voici, est accusée d’avoir éveillé les plus vils instincts chez trois adolescents pré pubères.

Mais enfin, de quoi accuse t-on cette jeune femme au juste, si ce n’est d’avoir seulement apporté un éclairage scientifique sur la nature masculine, révélé que leur vue se porte plus bas que celle des femmes, et qu’un décolleté vertigineux provoque un strabisme oculaire occasionnel chez le mâle dominé par le mal ?

Tout le monde sait qu’outre le fait d’être parfaitement légal, le port de la mini jupe est  symbole d’ouverture d’esprit dans les pays à fort taux d’émancipation.

En effet, on constate que plus on a les idées larges, plus les jupes rétrécissent. Et si l’on porte le verbe haut, pourquoi pas la jupe !

J’entends ici et là que l’on s’apitoie facilement sur le sort des pauvres descendants d’Adam  dont l’augmentation de la tension artérielle est inversement proportionnelle à la longueur de la  jupe qui, à défaut d’être l’emblème de la décence, est celui de l’empire des sens.

Et alors, quoi ? Elle libère la libido, favorise la reproduction active, et redynamise le recensement national !

Cessons cette hypocrisie qui consiste à masquer l’intérêt évident qu’ont les hommes pour les deux hémisphères à peine dissimulés sous les plis de ce petit bout d’étoffe plutôt qu’à ceux nichés dans le cerveau des jeunes filles en fleurs.

Dois-je rappeler également que nous traversons un contexte économique particulièrement difficile et que cette tenue anti crise par excellence, permet à l’industrie textile de réaliser de vastes économies ?

En effet, le coût de cette pièce rapportée au centimètre carré est honteusement élevé. Ajoutez à cela l’obligation de s’épiler plus fréquemment, le risque de s’enrhumer très vite et vous conviendrez qu’en plus d’être une victime de la mode, la femme subit le plus fort préjudice moral et financier.

Mesdames et messieurs les jurés, pour toutes ces raisons et parce que les plus courtes sont les meilleures, je demande votre clémence pour ma cliente.

Nadia Bourgeois

 

Advertisements

À propos de gaïa

Ma plume est un cri, ma feuille en est l' écho.

Publié le 30/01/2017, dans citation, femme, métamorphose, nouvelle, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 35 Commentaires.

  1. Joliment dit et finement éclairci ce petit « plaidoyer pour une jupe trop courte », j’aime beaucoup !

    Aimé par 2 people

  2. J’aime te lire, même si cela n’est pas de toi Grrrr…sortant de ta bouche même Donald Trump deviendrait le plus grand féministe ! 😋
    À bientôt
    Tony🐻

    Aimé par 2 people

  3. Cher maitre, je plussois !

    Aimé par 2 people

  4. je suis juré, alors non coupable

    Aimé par 1 personne

  5. Trop court, ce plaidoyer, beaucoup trop court… Bravo ma belle ! Toutes les minijupes te disent merci 🙂

    Aimé par 2 people

  6. Je te dis merci pour ce super post, fan de mini jupe comme je suis
    bisous gaïa

    Aimé par 1 personne

  7. This is a clever approach on a the subject… a mini- skirt always implies and alludes to something more… But, how about the beach?… being in a bikini doesn´t mean you are asking for it either… I think the patriarchal arguments when it comes to this topic are just fallacious… they depict men as poeple with irrepressible instincts. And, given the case, women could be also experience sexual arousement when they see men in tight jeans,etc… It is not only about sexuality. It has do with power and domination, I believe.
    Great post, mon amie… Hugs! 😀

    Aimé par 1 personne

    • Thanks dear Aquileana, you’re definitely right. It has to do with power and domination and that means not only spiritual but body control by pernicious ways. I’m always glad to read your point of view my friend 🙂 Besos !

      Aimé par 1 personne

  8. bonjour

    figures toi que j’ai découvert un com de toi au sujet de mon cuiseur multi cook, et je viens d’en prendre lecture que maintenant , il etait dans les coms en attente !
    merci beaucoup avec un enorme retard !
    bisous

    Aimé par 1 personne

  9. EXCELLENT!!! j’adore Simone de Beauvoir, en général et cette citation en particulier… 🙂

    Aimé par 1 personne

  10. Formidable, excellent ! J’ai bien rit et en m^me temps c’est tellement vrai 🙂
    Je me verrais bien l’interpréter 😉 avec effets de manches bien sûr 😀

    La mini jupe ne leur fait pas plus monter la tension et … que le long. Soyons juste un peu plus sérieux, en Inde, par exemple, les femmes portent du long sont des fois voilées et se font agresser sexuellement, (pour ne pas dire autre choses) partout par les mâles. Et je suis encline à penser que la burka n’a jamais empêcher les hommes de… alors la mini jupe est peut-être responsable d’un point de plus sur le tensiomètre mais pas plus 😉

    Aimé par 1 personne

    • Oui, tu as raison, c’était une métaphore, un exercice sur un plaidoyer pour un appel à texte de short édition pour lequel j’avais été nominée. 🙂 C’était un clin d’oeil. Une mini-jupe pur un mini plaidoyer 😉 Et j’ai pensé à ce prétexte fallacieux employé par certains pour condamner la liberté au sens général du terme : Sommes-nous libres de disposer de nos corps, de nous-mêmes ?

      Aimé par 1 personne

      • Je l’ai bien entendu comme un plaidoyer et tu as fait passer la « médecine » avec un morceau de sucre humoristique, et j’adore 🙂

        La réponse à ta question finale devrait être « Oui ».
        Si j’emploie le conditionnel c’est à dessein. Car comme on le sait, la liberté s’arrête là ou commence celle de l’autre.
        Mais, comme je dis toujours, il ne faut pas que « l’autre » tire toute la couverture à lui 😉
        Qui a dit que la voie équilibrée, la voie du milieu était facile à trouver et à parcourir ? 😉 🙂

        Aimé par 1 personne

      • Il ne faut pas que l’autre tire toute la couverture à lui et surtout pas la jupe, à plus forte raison quand elle est toute petite 😉 La voie de l’équilibre n’est pas facile à trouver, en effet. Y-a-t-il même un milieu ?

        Aimé par 1 personne

      • 😀 😀
        Un milieu théoriquement il y en a un, mais il n’est pas accessible là, comme ça, tout de suite pour nous être imparfaits, mais… y a moyen de s’en rapprocher 🙂
        Là, si on continue on va aller loin… on va refaire… 😀

        Aimé par 1 personne

      • Oh, non ! On ne va surtout pas refaire… le milieu 😉 Bises Cathy !

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :