Archives Mensuelles: juillet 2016

Phia Ménard La transformation

J’ai été touchée par cette artiste et je voulais partager sa démarche avec vous car nous sommes tous concernés par la reconnaissance de la différence dans des contextes différents.  Elle dit « à quel moment nous sommes justes, à quel moment nous sommes vrais, à quel moment nous ne mentons pas, je cherche encore ». 

Elle m’a inspiré ce petit texte :

J’ai porté mille peaux sur le dos, croulé sous le poids horrible de ces  oripeaux. J’ai fini par les arracher,  écorcher mes désirs et mes secrets tissés dans l’étoffe de ces mensonges moulés sur mon corps fatigué. Mais ce n’était pas assez. Les jours fermentés ont vomi mes artifices. Je me suis noyée dans le miroir de la conformité et puis, lentement,  j’ai défait les attaches, une à une, coulé les noeuds du mal à l’être pour atteindre la puissance nichée au creux de ma conscience, une puissance d’âme propice au rêve d’art de soi sans reflet pour croiser ma propre humanité.

Nadia Bourgeois

Odyssée de la métamorphose

D’après le dictionnaire, la métamorphose est le changement d’un être en un autre, la transformation totale d’un être au point qu’il n’est plus reconnaissable. C’est la modification complète du caractère, de l’état de quelqu’un, de l’aspect ou de la forme de quelque chose.

L’une de nos métamorphoses les plus connues est née de la rencontre entre un ovule et un spermatozoïde. Ce dernier a lui-même subi une mutation : à la puberté, les spermatogonies (cellules souches) apparaissent très tôt dans le développement embryonnaire et restent inactives jusqu’à la puberté.  Elles passent ensuite par la phase de la spermatogenèse qui dure environ 74 jours pour donner un spermatozoïde fonctionnel.

Les cellules germinales primordiales sont à l’origine des spermatogonies. Et après ?  Nous nous heurtons sans cesse à cette chaîne sans fin des origines.

Nous ne cessons de nous métamorphoser jusqu’à notre mort. La transformation fait partie de notre existence et nous l’incluons dans tous les actes de notre quotidien sans même nous en rendre compte. Qu’elle soit physique ou spirituelle, elle est une manifestation de la vie. L’éviter revient-il à  éviter la vie ?

 

la calligraphe de l’air

La calligraphe de l’air

la calligraphe de l'air

danseuse

D’abord, elle défait lentement chacun de ses gestes, déboutonne ses doigts un à un pour dévoiler la chair délicate de la paume de sa main rosie par la pudeur des sentiments.
Elle fait glisser la lumière sur son épaule diaphane, chuchote son corps dans toute sa sensibilité, emplit l’espace de ses vibrations elliptiques.
Puis, dans une chorégraphie savamment orchestrée, elle projette son ombre dans une mue extatique. Pendues à une note coulante, ses pensées jouent sur le fil ténu de l’harmonique. Au bout du soupir, dressée sur la pointe de sa silhouette tendue comme un calame, elle exsude l’encre douloureuse de son âme dans de grands jetés, se perd dans des tracés lyriques et des signes oniriques.
Elle avance, fragile, dans toute la beauté de sa candeur tremblotante et la grâce de ses pas, vacillant comme une flamme prise dans les filets du vent.
Son souffle et la sueur mêlés dans ce ballet charnel, chantent la mélodie de l’être en devenir, bulle de soie en suspension aérienne dans une étreinte musicale.
Elle danse jusqu’à l’ultime respiration, jusqu’à papillonner au-dedans, jusqu’à mourir d’amour. Mourir dans la prose charnelle, mourir d’oser vivre l’éternel recommencement.
Jusqu’à vivre dans l’élan de l’instant, de la seconde féconde, de la retenue temporelle…
Lorsque, dans un dernier soubresaut, la calligraphe de l’air lâche une émotion au bout de ses arabesques, elle sait qu’elle a vécu sa plus belle histoire.

Nadia Bourgeois