Cezanne et la montagne Sainte Victoire, la métarmophose.

La montagne Saint Victoire de Cézanne

Je lisais dernièrement les articles de mes amies Elisa et Elisabeth et à l’évocation respectivement, de la magie pour l’une et de « ce qui ne change jamais c’est que tout change », pour l’autre, il m’est venu à l’esprit une image, celle de la montagne Sainte Victoire de Cézanne.

Pourquoi très précisément cette oeuvre ? Parce que Cézanne en a fait son sujet favori au point de la peindre plus de quatre-vingt fois ! Et à chaque fois, d’une manière différente. S’agit-il là d’un véritable acte d’amour, de foi ? Magnifier à travers un regard aiguisé et singulier et ériger en énigme ce qui nous entoure n’est-il pas la clé du bonheur ?
Il serait aisé d’imaginer que cela relève d’une stratégie d’évitement de la routine, mais il n’en est rien.
C’est tout simplement la consécration d’un véritable attachemment à ce que l’on prendrait pour un bout de rocher.

Il s’agit du même homme et de la même montagne, en apparence seulement !
Cézanne a su capter toute la beauté et la richesse de ce qui semble une montage comme une autre et ce qui la rend différente et unique à nos yeux, c’est le regard que portait le peintre sur elle.
Tantôt, elle s’effaçait dans une tendre humilité au profit du paysage qui lui servait d’écrin, tantôt, elle se dressait majestueuse, parée de couleurs chaudes et de toutes ses aspérités et ses versants accidentés.
Cézanne a élevé cette montagne au rang d’une divinité, d’une maîtresse choyée et en a fait sa Sainte Victoire à lui. Quelle sublime métaphore !
Des lueurs de l’aube au crépuscule, en toute saison, et sous différents angles, il a joué de l’épure, de l’empâtement, de l’esquisse, de la puissante fragilité et de la fébrilité pour en restituer l’essence et tenter d’en comprendre l’âme. Il a exécuté pas moins de 44 huiles et 43 aquarelles d’après les sources et jusqu’à la fin de sa vie et de sa vue. Quelle amante n’aurait rêvé d’un tel amour ?
Il apporte la preuve matérielle qu’il n’existe pas une vérité, mais une somme de vérités et une multitude de mondes qui prend sa source en chacun de nous.
Que rien n’est immuable et que le changement est en nous et nous pouvons interpréter les signes et en voir les métamorphoses à chaque instant. La chenille devient papillon et les yeux s’ouvrent et battent des cils comme il battrait des ailes dans un mouvement fragile pour entrer en communion avec les élements.

Et si nous prenion exemple sur Cézanne ? Si nous développions notre capacité à observer et à aimer ce qui se présente à nos yeux au point de ne plus voir les choses comme on nous le recommande, mais comme notre âme nous l’enseigne ? La répétition, la ritualisation, la sacralisation et la persévérance ouvrent sans doute les portes de la perception dans les interstices invisibles de notre monde. Cette capacité à tout réinventer et à s’émerveiller de tout et de rien qui nous enchantait dans l’enfance et dont nous avons été peu à peu dépossédés par la raison universelle. Les yeux de Cézanne sont une réponse aux absurdités d’une civilisation peut-être trop blasée par des années de connaissances pré mâchées et déconnectée de la nature.
Si vous le pouvez, prenez un moment aujourd’hui, une seule minute pour poser un regard neuf sur quelque chose ou quelqu’un près de qui vous passez sans y prêter attention et notez en vous ou sur un carnet ce qui vous touche, les effets de cette expérience.
Je vous conseille de suivre ce lien pour découvrir des extraits des réflexions et des rapports qu’entretenait Cézanne avec Sainte Victoire.

Publicités

À propos de gaïa

Ma plume est un cri, ma feuille en est l' écho.

Publié le 27/12/2014, dans Art, culture, humeur, peinture, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 5 Commentaires.

  1. Quel bonheur de te lire à nouveau, chère Nadia… ton texte est si magnifique que j’aurais envie de tout citer. Mais bon, ce n’est pas le but 🙂
    Réenchanter, réinventer le monde, en nous connectant à cette âme d’enfant qui s’émerveille de la moindre petite chose, cela ouvre à tant de possibilités de trouver à chaque instant de nouveaux sources de bonheur…
    Merci, tu es une véritable et si sensible artiste

    Aimé par 1 personne

  2. Bravo pour ce beau texte Nadia. Tu ajoutes encore plus de beautés à la beauté! Passe un très beau dimanche, bisous. Delvi.

    J'aime

  3. Merci pour cette belle invitation Nadia. Tu as l’art de regarder le monde d’une façon très particulière. Et si vous passez par la Montagne Sainte Victoire, faites un détour par l’atelier de Cézanne où nombre de ses objets et de ses modèles sont exposés en liberté. On y respire une atmosphère très particulière.

    J'aime

  4. Most people tend to take things for granted, but some are obviously not. 🙂

    J'aime

  5. ¨La répétition, la ritualisation, la sacralisation et la persévérance ouvrent sans doute les portes de la perception dans les interstices invisibles de notre monde. Cette capacité à tout réinventer et à s’émerveiller de tout et de rien qui nous enchantait dans l’enfance et dont nous avons été peu à peu dépossédés par la raison universell¨.
    Stunning argumentatitive texte… I love your writing and the way you give us a closeup on Cezanne´s la montagne Sainte Victoire. Thanks for sharing and all my best wishes to you. Aquileana 😀

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :