LE PETIT PRINCE SUITE

LE PETIT PRINCE ANTOINE DE SAINT EXUPERY

Le petit prince et les épines

Je lis régulièrement des passages du petit prince et aujourd’hui, j’avais envie de partager avec vous un extrait essentiel à mes yeux et qui résume sans doute, le désespoir de la nature humaine.

Le petit prince demande à l’auteur :

– Un mouton, s’il mange les arbustes, il mange aussi les fleurs ?
– Un mouton mange tout ce qu’il rencontre.
– Même les fleurs qui ont des épines ?
– Oui, même les fleurs qui ont des épines.
– Alors les épines, à quoi elles servent ?

L’auteur ne sait quoi répondre, l’enfant insiste. L’auteur plus préoccupé par la réparation de son engin que par le sort des roses répond, irrité :
Les épines ça sert à rien, c’est de la pure méchanceté de la part des fleurs !
Le petit prince répond :

– Je ne te crois pas ! Les fleurs sont faibles. Elles sont naïves. Elles se rassurent comme elles peuvent. Elles se croient terribles avec leurs épines… Et tu crois toi que les fleurs…
– Mais non ! Mais non ! Je ne crois rien. J’ai répondu n’importe quoi. Je m’occupe, moi, de choses sérieuses !
– De choses sérieuses ! Tu parles comme les grandes personnes !

Irrité, il rajoute :
Je connais une planète où il y a un monsieur tout cramoisi. Il n’a jamais respiré une fleur. Il n’a jamais regardé une étoile. Il n’a jamais aimé personne. Il n’a jamais rien fait d’autre que des additions. Et toute la journée il répète comme toi :
– Je suis un homme sérieux ! Je suis un homme sérieux !
Et ça le fait gonfler d’orgueil, mais ce n’est pas un homme, c’est un champignon !
– Un quoi ?
Un champignon !
Gagné par la colère, le petit prince poursuit :
– Il y a des millions d’années que les fleurs fabriquent des épines. Il y a des millions d’années que les moutons mangent quand même les fleurs. Et ce n’est pas sérieux de chercher à comprendre pourquoi elles se donnent tant de mal pour se fabriquer des épines qui ne servent à rien ? Ce n’est pas important la guerre des moutons et des fleurs ?

La guerre des moutons et des fleurs, vous connaissez sûrement, non ?
N’y a-t-il pas en effet de raison de se demander pourquoi les hommes se font la guerre depuis la nuit des temps ?

Je vous laisse méditer sur le sens de cette réflexion.

Publicités

À propos de gaïa

Ma plume est un cri, ma feuille en est l' écho.

Publié le 24/10/2014, dans ATELIER ECRITURE, dessin, ecriture, histoire, humeur, littérature, livres, Uncategorized, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. 6 Commentaires.

  1. Dans mon jardin, il n’y a pas une fleur à épines. Je n’ai que du jasmin étoilé pour rêver et un laurier pour parfumer mes sauces. C’est mon jardin secret, celui où je me ressource d’un monde rythmé par la chaîne alimentaire. Comment s’étonner ensuite qu’il y ait tant de guerre ? Bon week-end à tous 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. C’est une jolie métaphore, les fleurs fragiles ont des épines, il faut se méfier des fleurs qui n’en ont pas, ce sont les vraies méchantes !

    Aimé par 1 personne

  3. Merci, Nadia, ce livre me touche tant et toujours… Bisous et doux week-end

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :