Archives Mensuelles: octobre 2014

A l’aube. Poème.

Un poème de l’aube à savourer. 🙂

Laurence Marino Auteur etc….

Extrait du recueil  » Les caravanes du Diable »

A l’aube

Ton souffle posé en équilibre,
Sur les matins tempête est revenu
J’entends ta voix
Tout au creux de mes riens
Ta main qui s’agrippe sur mes cheveux rivière

A l’aube de mes coins d’ombre
Les anges blasphèment

Il y règne des reines de pleurs
Sur des fichus royaumes perdus
Restons allongés
Lumières éteintes sur nos folies
Egorgés les pilleurs d’âmes

A l’aurore de mes songes noirs
Ta main sur ma bouche pour étouffer
Sang contre lèvres gercées
Regards éperdus perdus
L’humanité transpire

Au crépuscule de mes espoirs
Les rois sont morts

View original post

Joyeux anniversaire blogueurs !

NANANANIVERSAIREUH !

Deux ans déjà ! Je n’ai pas vu passer le temps. Il est passé trop vite, il était trop pressé.
J’ai bien essayé de lui courir après, mais j’ai cessé depuis que j’ai compris qu’il fallait juste l’accompagner.
Lorsque j’ai démarré ce blog, j’y suis allée sur la pointe des pieds, en m’excusant presque d’être là, comme une pièce rapportée qui n’ose pas s’asseoir dans un lieu où elle ne se sent pas conviée.

Je me demandais s’il était possible dans un monde virtuel, de se familiariser et de s’attacher à des « gravatars ». A mes yeux, tout y était factice.

A présent, je peux dire oui parce que j’ai fait la connaissance de « Personnages » qui ont chacun une belle âme et un message. C’est devenu un rendez-vous incontournable pour moi. Une sorte de rituel sans lequel mes journées ne seraient plus les mêmes.

Ce monde d’une grande richesse est né sous le signe du partage, que ce soit sur le plan humain, des connaissances ou émotionnel. Et tout cela n’a rien de virtuel !

Vous êtes des milliers de fenêtres ouvertes par lesquelles passent des idées, des humeurs, des conseils, de la poésie et tant de choses encore !

Aujourd’hui, j’ouvre grand la porte et je parle un peu plus fort. Je mesure la chance que j’ai de pouvoir partager votre univers et j’espère pouvoir le faire encore longtemps.

Alors, en ce jour d’anniversaire, je voudrais plus que tout, rendre hommage à tous ceux qui
viennent ici, que ce soit à demeure ou simplement de passage. Je tiens à vous dire merci du fond du cœur et continuez à nous enchanter.

Peut-on promettre l’amour éternel ?

Une belle réflexion sur l’amour

tarot psychologique

L’amour éternel existe-t-il ou n’est-il qu’un idéal ? Une question existentielle que la philosophe Olivia Gazalé a mise en lumière à l’occasion d’une conférence pleine d’humour et d’émotion, où elle a analysé l’évolution de la notion d’amour dans nos sociétés contemporaines.

« L’amour peut permettre de dépasser les frontières », postule le philosophe Daniel Truong-Loï en introduction de la conférence d’Olivia Gazalé. Il rappelle que « dans Phèdre, Platon affirme qu’avec l’amour, on peut faire l’expérience de l’éternité ».

Tristan et Iseult

« Sommes-nous fous quand nous promettons l’amour éternel ? » s’interroge Olivia Gazalé. Le romancier Romain Gary avait prévenu qu’« avec l’amour maternel, la vie nous a fait à l’aube une promesse qu’on ne tient jamais ».

« L’amour est toujours absolu et infini à sa naissance, affirme Olivia Gazalé. On ne dit pas “je t’aime pour deux ans”. Mais combien d’entre nous sont en mesure de faire une promesse
de 50 ans ? La vie est un mouvement perpétuel. »

Pourquoi est-ce une…

View original post 833 mots de plus

LE PETIT PRINCE SUITE

LE PETIT PRINCE ANTOINE DE SAINT EXUPERY

Le petit prince et les épines

Je lis régulièrement des passages du petit prince et aujourd’hui, j’avais envie de partager avec vous un extrait essentiel à mes yeux et qui résume sans doute, le désespoir de la nature humaine.

Le petit prince demande à l’auteur :

– Un mouton, s’il mange les arbustes, il mange aussi les fleurs ?
– Un mouton mange tout ce qu’il rencontre.
– Même les fleurs qui ont des épines ?
– Oui, même les fleurs qui ont des épines.
– Alors les épines, à quoi elles servent ?

L’auteur ne sait quoi répondre, l’enfant insiste. L’auteur plus préoccupé par la réparation de son engin que par le sort des roses répond, irrité :
Les épines ça sert à rien, c’est de la pure méchanceté de la part des fleurs !
Le petit prince répond :

– Je ne te crois pas ! Les fleurs sont faibles. Elles sont naïves. Elles se rassurent comme elles peuvent. Elles se croient terribles avec leurs épines… Et tu crois toi que les fleurs…
– Mais non ! Mais non ! Je ne crois rien. J’ai répondu n’importe quoi. Je m’occupe, moi, de choses sérieuses !
– De choses sérieuses ! Tu parles comme les grandes personnes !

Irrité, il rajoute :
Je connais une planète où il y a un monsieur tout cramoisi. Il n’a jamais respiré une fleur. Il n’a jamais regardé une étoile. Il n’a jamais aimé personne. Il n’a jamais rien fait d’autre que des additions. Et toute la journée il répète comme toi :
– Je suis un homme sérieux ! Je suis un homme sérieux !
Et ça le fait gonfler d’orgueil, mais ce n’est pas un homme, c’est un champignon !
– Un quoi ?
Un champignon !
Gagné par la colère, le petit prince poursuit :
– Il y a des millions d’années que les fleurs fabriquent des épines. Il y a des millions d’années que les moutons mangent quand même les fleurs. Et ce n’est pas sérieux de chercher à comprendre pourquoi elles se donnent tant de mal pour se fabriquer des épines qui ne servent à rien ? Ce n’est pas important la guerre des moutons et des fleurs ?

La guerre des moutons et des fleurs, vous connaissez sûrement, non ?
N’y a-t-il pas en effet de raison de se demander pourquoi les hommes se font la guerre depuis la nuit des temps ?

Je vous laisse méditer sur le sens de cette réflexion.

La danse

Parce que lorsqu’on aime on ne compte pas, voici un extrait de la vidéo de Step up revolution. C’est un véritable plaisir des yeux et j’avais envie de partager ces moments avec vous. Vous ne verrez plus jamais une galerie d’art de la même manière après ça.

Que diriez vous d’infiltrer le monde de la finance pour bousculer les fondements de notre économie ? Imaginez que demain, notre monnaie d’échange soit la danse. Vous lanceriez-vous vous sur la piste pour exécuter un pas ou deux ?

LA DANSE COMME EXPRESSION DE SOI

LA DANSE COMME EXPRESSION DE SOI

la calligraphe de l'air

danseuse

J’ai déjà dit que j’aimais la danse. J’ai déjà dit aussi qu’à mes yeux, la danse est la signature de l’être dans l’espace. Lorsque le corps devient parole, il se passe quelque chose de magique. Cette forme d’écriture s’empare de tout votre être et c’est à ce moment là que vous avez plus que jamais conscience que vous écrivez la naissance du monde, à chaque instant, à chaque mouvement, à chaque respiration. Quand votre chair et votre esprit font l’amour, c’est là, ici même que vous êtes authentique. Ce n’est pas pour rien que dans les rites chamaniques ou dans les tribus d’Afrique, la danse occupe une grande place dans cette quête spirituelle à laquelle tout être humain aspire. Elle est un art cosmique qui puise l’énergie au plus profond de soi.
Laissez la transe vous transporter et écoutez ce que l’esprit de votre corps veut dire.

DSC_0127

La calligraphe de l’air

D’abord, elle défait lentement chacun de ses gestes, déboutonne ses doigts un à un pour dévoiler la chair délicate de la paume de sa main rosie par la pudeur des sentiments.
Elle fait glisser la lumière sur son épaule diaphane, chuchote son corps dans toute sa sensibilité, emplit l’espace de ses vibrations elliptiques.
Puis, dans une chorégraphie savamment orchestrée, elle projette son ombre dans une mue extatique. Pendues à une note coulante, ses pensées jouent sur le fil ténu de l’harmonique. Au bout du soupir, dressée sur la pointe de sa silhouette tendue comme un calame, elle exsude l’encre douloureuse de son âme dans de grands jetés, se perd dans des tracés lyriques et des signes oniriques.
Elle avance, fragile, dans toute la beauté de sa candeur tremblotante et la grâce de ses pas, vacillant comme une flamme prise dans les filets du vent.
Son souffle et la sueur mêlés dans ce ballet charnel, chantent la mélodie de l’être en devenir, bulle de soie en suspension aérienne dans une étreinte musicale.
Elle danse jusqu’à l’ultime respiration, jusqu’à papillonner au-dedans, jusqu’à mourir d’amour. Mourir dans la prose charnelle, mourir d’oser vivre l’éternel recommencement.
Jusqu’à vivre dans l’élan de l’instant, de la seconde féconde, de la retenue temporelle…
Lorsque, dans un dernier soubresaut, la calligraphe de l’air lâche une émotion au bout de ses arabesques, elle sait qu’elle a vécu sa plus belle histoire.

Journées du Québec 2014 : c’est parti !

Si certaines ou certains d’entre vous rêvent de s’installer au Québec, ou connaisssent des personnes susceptibles d’être intéressées, ce blog est celui qu’il vous/leur faut. 🙂

Immigrer au Québec après 35 ans

Journées du Québec 2014

Les inscriptions pour la journée du Québec sont ouvertes à compter d’aujourd’hui 15 octobre 2014 et ce, jusqu’au 16 novembre 2014.

En parallèle, deux autres infos EMPLOI.

Technicolor recrute 220 nouveaux à Montréal

L’information a été diffusée sur LinkedIn par Emilie SAULNIER, Consultante en recrutement – Spécialisation Europe Canada :

La multinationale française Technicolor, l’un des chefs de file en effets spéciaux et postproduction, agrandira son studio d’effets visuels à Montréal et passera de 300 à 520 employés.

L’UQAM recrute un Professeur
en Histoire du Royaume-Uni
(XIXe-XXe siècles)

Merci à Agnès M. qui nous partage cette information.

Voici le libellé de l’annonce :

L’UQAM recherche les ressources humaines les plus qualifiées afin de s’assurer un développement de qualité dans tous les domaines d’activité, tout en assurant le renouvellement de son corps professoral.

SOMMAIRE DE LA FONCTION :

  • Enseignement…

View original post 239 mots de plus

Vidéo abécédaire de Patrick Moya

Enjoy et bon week-end !

ATELIER ECRITURE

ECRITURE

J’anime des ateliers pour le compte d’ Anaël Verdier et je suis des cours auprès de lui dans son académie pour apprendre à mieux appréhender mon écriture et mon identité d’auteur, parce que je pense que la vie ne vaut d’être vécue que par cette capacité d’être toujours dans l’étonnement et dans le désir d’aimer de partager et d’apprendre (Je sais que je ne sais rien. Disait Socrate). Je souhaite à tout le monde d’avoir une personne aussi compétente que lui comme professeur parce que c’est un passionné et que l’on ne transmet bien que ce dont on est convaincu et que l’on aime.

L’écriture est un chemin. C’est une aventure très prenante, épuisante, mais très enrichissante. Je mesure chaque jour les progrès accomplis dans le regard que je porte sur mes écrits et sur celui des autres en général. Apprendre à avoir suffisamment de recul pour faire une critique constructive de ce que l’on crée, donner le meilleur de ce que l’on veut transmettre, n’est pas chose facile et c’est en compagnie d’autres auteurs tous soucieux de partager une passion commune que je découvre peu à peu ce qu’est véritablement l’acte d’écrire. S’il est vrai qu’il y a forcément un moment où cette activité nécessite de l’isolement, il n’en reste pas moins vrai que l’auteur est tout sauf un ermite qui vivrait en marge des autres pour construire un roman. L’écriture se nourrit du rapport à autrui.

L’écrivain est un passeur dont l’intention est d’apporter un petit supplément d’âme à son prochain. Il partage avec générosité sa vision du monde. L’écriture exige une formidable énergie et une foi sans faille. Elle demande un grand sens de l’observation, une curiosité, une ouverture aux autres et un amour immodéré de la vie ou tout au moins un désir de l’aimer. Sinon, à quoi bon s’interroger sur elle ? Ecrire une histoire, c’est avant tout écrire la sienne et c’est une extraordaire aventure qui permet de grandir, de créer du lien et de l’empahie envers son prochain.
« L’écrivain est celui qui cherche autant en lui qu’en les autres. » Antonio Soler.

Si je me suis inscrite à un atelier d’écriture, c’est pour toutes ces raisons. Partager une même passion avec des personnes animées du même désir d’écrire et d’être dans toute la beauté de l’être. Parce que je considère qu’on n’a jamais fini d’apprendre et que cet éveil né de l’envie de s’interroger et de comprendre soi-même et les autres est le bien le plus précieux qui soit.

Vous trouverez prochainement sur ce blog, quelques textes courts ou extraits de textes produits en atelier d’aspirants auteurs et des infos, des liens vers des astuces émanant de l’atelier Verdier, des conseils d’auteurs chevronnés et des jeux créatifs. Vous pourrez aussi partager les votres. Au plaisir de vous lire.

Le « Grand roman »

Un roman à découvrir, une auteure à suivre… 🙂

Élisa Tixen, blog d'auteur

Pendant des années, j’ai écrit des dizaines de nouvelles : policier, noir, fantastique, sentimental… J’ai essayé tous les genres. L’objectif était de m’entraîner avant de tenter l’aventure du « Grand roman ».
Dans l’intervalle, je me suis beaucoup amusée à plonger mes personnages dans des situations où personne de sensé n’irait mettre le bout de son nez.

Puis, j’ai plongé à mon tour.
Avril 2011, les aventures de Charlie et Lucas se dessinent dans mon esprit. L’écriture démarre sur un bon rythme et je prévois de terminer pour Noël.
Contrat rempli… en 2013 !

Pourquoi autant de temps ?

Comme mes personnages, je n’avais pas idée de là où je mettais le bout de mon stylo et l’écriture de milliers de textes courts n’aurait pas suffi pour m’y préparer.
Choisir pour un premier roman une histoire qui s’étire sur cinq générations était de la folie pure.Bureau
J’ai adoré !
Pendant deux ans et demi, j’ai cohabité…

View original post 180 mots de plus