Archives Mensuelles: juin 2014

CITATION Trace

« Un poète doit laisser des traces de son passage, non des preuves. Seules les traces font rêver. »
René Char
Un des énigmatiques tracés de Nazca au Pérou

Publicités

L’ EMPREINTE DE L’ ETRE

Nous sommes voués à la fulgurance et l’évanescence. Pour autant, est-ce que la finitude est notre devenir ? Depuis des temps immémoriaux, nous nous évertuons à défier le néant ;cette absence de nous dans l’inconnu de l’après.
Empreinter le monde et laisser le parfum de notre âme au passage, en pointillé en continu, ad lib…
Qu’elle soit mise en mots ou ineffable, l’empreinte dit tout de nous.
Elle est trace, elle est continuité ; la possibilité d’être ici et ailleurs. Elle est la vie offerte à un autre être, un pas dans le sable, une idée fossilisée sur le parchemin de notre histoire.
Elle s’habille de rires, de gestes, de rites, de quotidien. Elle s’emplit de l’autre.
Une esquisse sur un carnet, une photo jaunie. Une arabesque, une tirade, une odeur d’enfance.
Une trace invisible de l’air brassé dans l’espace et gravée dans le cœur de celui qui reçoit ce geste, en imprime la trajectoire et la traduit en émotion.
L’écriture est une trace comme en laisse sur le sol les limaces. Elle brille et montre le chemin parcouru et à suivre sur la connaissance de soi.
Elle est matière. Qu’elle ait la consistance d’un empâtement sur la toile, d’une volute échappée d’une marmite ou d’un son capturé dans un micro sillon, la trace réside dans le charme de l’écoulement perpétuel du sable. Un trait d’union entre le passé et le présent.
Alors pour perpétuer la vie, l’artiste n’a de cesse de créer pour reculer les limites de la finitude aux confins de l’oubli.
Observez vos traces, suivez celles des autres et partagez-les. C’est un acte de vie.
L’empreinte est le ravissement de l’éphémère qui s’inscrit dans un éternel présent. Une immanence de l’être à être, une destination à l’autre.

Performance du Peintre Yasuo Sumi.

CITATION VICTOR HUGO

« La musique, c’est du bruit qui pense. »
Victor Hugo

Hors Jeu

Élisa Tixen, blog d'auteur

L’atmosphère de la coupe du Monde me donne envie de partager ce texte, écrit il y a quelques saisons. Texte clin d’œil pour un univers que j’ai longtemps fréquenté par amour. Dédié à toutes celles qui accompagnent ces passionnés du ballon rond.

soccer 5 01

Hors jeu

En tant que femme de l’entraîneur, titre purement honorifique, ma présence était parfois requise sur le terrain.

C’était l’une de ces soirées lourdes de juin. Le vent peinait à balayer les chaleurs attardées. Les spectateurs avaient quitté le stade de la Boissière. Ne restaient que les acteurs principaux : les joueurs de l’équipe (les titulaires, les remplaçants) et mon entraîneur de mari, Nicolas. Il y avait aussi les compagnes des joueurs (les titulaires, les remplaçantes). Sans oublier l’équipe de production : le Président entouré des membres du bureau, les dirigeants, les sponsors, les élus… Quelques enfants tournoyaient entre les jambes des adultes, esquivant les poignes de leurs parents.

View original post 300 mots de plus

CITATION

« La connerie est la décontraction de l’intelligence »

Serge Gainsbourg

about a woman…

Une artiste à découvrir absolument !

TK.KIM

Parce que l’intrication, c’est quoi..?

Une vague notion de physique quantique, qui est restée bloqueé dans mon cerveau d’ex chimiste, une leçon mal comprise, et remixée à présent à mon échelle humaine…

Pour moi, cela symbolise des liens, des interactions entre des âmes, des modifications au niveau intrinsèque de nos cellules nerveuses: chacun d’entre nous se retrouve.

Différent.

Ces liens mystérieux, invisibles et pourtant bien réels, provoquent des chocs, des ondes, des passages. Ouvrent des chemins et nous éloignent des sentiers battus.

Mon album Intrication (sortie août 2014), c’est cela: une fourmillière de mots, de déclarations , de projections, de rêves, d’illusions.

Des foudroyances
des fulgurances.
des projections à vive allure.

Pour que l’on s’écorche nos couches protectrices
Pour que l’on se dénude de nos armures
Pour que l’on prenne le risque d’être blessés…

For Alan McKerl & Django LaBrave

View original post

Nouvelle Ella Katoudir episode5

Je lui ai fait le coup de la carte postale maison pendant qu’il dormait la tête en arrière, la bouche ouvert avec une main posée sur la poitrine et l’autre pendante. On aurait dit un enfant avec ses boucles brunes et sa peau hâlée. Il avait un je ne sais quoi de touchant. Ca me remuait le short mais il fallait que je parte. Je pouvais pas me permettre le luxe de pousser plus loin l’analyse sur canapé. Je m’étais allongée mais mon compteur Freudien s’était bloqué sur la case actes manqués.
« J’ai passé un bon moment, merci pour tout ; la bombance et la nuit sous la pluie d’étoiles étaient d’enfer. »
Quand je suis sortie de chez lui, j’ai vu les deux mégères fidèles à leur poste sur le banc. Je me suis dirigée vers elles et je leur ai raconté quelle bonne nuit j’avais passé.
– Vous devriez essayer. Il est très confortable…
Elles ont fait leur mijaurée. Je me suis marrée parce que ça faisait déplacé à leur âge. Elles auraient dû sourire rien qu’à l’idée que ça pourrait leur arriver encore. Mais bon…
J’avais pas pour ambition de me lancer dans le service à la personne. J’étais tellement occupée par la mienne… J’ai pris mon sac et j’ai stoppé dans la rue principale sous la cagnard.
J’ai pas eu le temps d’attraper une insolation. Une voiture rouge coupée sport s’est arrêtée pour me prendre à son bord.
A l’intérieur, il y avait un mec coupé dandy. Il a retiré ses lunettes de soleil, a planté ses yeux dans les miens et m’a demandé :
– Je vous dépose où ?
– Au gré du peu m’importe pourvu que ce soit ailleurs. Vous savez si c’est loin ?
Il a souri, remis ses lunettes et je suis montée en jouant les starlettes sans oublier de donner en souvenir mon capot aux ragoteuses de Trouduk qui ne perdaient pas une miette de la scène et j’ai jeté un dernier coup d’œil à la crèche à Balthazar. Je repensais à ses bras chauds qui m’avaient enserrés la nuit dernière et le long hiver que j’allais affronter sur cette route dans ma quête de l’impossible, mais fallait que je m’arrache. Bouge de là. Comme dans la chanson d’ MC Solar. J’ai eu un pincement au cœur, mais comme on dit : « The show must go on ».
Ken s’est tourné vers moi et m’a fait un large sourire. Il était plein de dents. J’avais l’impression qu’elles faisaient une tentative d’évasion. J’ai répondu en cachant les miennes. On n’était pas assez intimes pour ça. Puis, je le trouvais un peu synthétique. Il avait le regard en mode persienne et son visage avait une teinte ultra violet. Bref, il devait passer plus de temps devant le miroir que devant un bouquin celui-ci. S’il m’entendait penser, j’en rougirais. Quelle ingrate je fais !
Y a pas. J’avais beau tenter de me raisonner, je pouvais pas m’en empêcher. J’avais les mirettes à 180 ° et je surveillais ses mains qui quittaient le volant.Tandis que l’une papillonnait dans ses cheveux, l’autre réglait le rétroviseur.
– Ca vous gêne si je mets de la musique ?
– Je vous en prie, faites comme si.
Vous le croirez pas. Il a appuyé sur un bouton et là, stupéfaction suprême, tempête dans le hit-parade, il m’ a mis du Claude François ! J’ai harponné la poignée de la portière et deux dents suicidaires se sont lancées dans le vide de ma bouche tétanisée par l’horreur.
– Vous aimez Cloclo ? Je trouve qu’il a révolutionné le paysage audiovisuel français avec ses déhanchés et ses danseuses. Il s’est mis à fredonner :
– Voile sur les filles, barque sur le Nil ! Tou dou dou dou !
– Au secours ! Criais-je en silence. Je suis entrée dans une transe d’étanchéité spirituelle et j’ai pratiqué les exercices de respirations apprises à mes derniers cours de yoga. Il a dû prendre ça pour de l’excitation.
– Vous êtes en voyage ?
– Non, je me rends à un enterrement. J’espère arriver avant la mise en bière.
– Ah… Ca l’a refroidit sec le Ken. Il a éteint la radio et j’ai cru qu’il allait me passer un requiem. J’aurais dû me douter que la compassion c’était pas son fort.
– Dans ces moments là, ça fait du bien de se lâcher. Allez-y, qu’il m’a dit. Si vous voulez parler ou pleurer, je comprendrais tout à fait. Tenez, y a une aire de repos, juste là. Aussitôt dit, aussitôt fait. Le coupé dandy a fait un écart en équerre et nous voilà propulsés dans la twilight zone en moins de temps qu’il n’en fallait pour le subir malgré mes protestations, supplications et tout ce qui finit en « tion ».
A suivre ou pas.

OakOak Street art

Quand l’humour et la poésie s’invitent dans la rue. C’est aussi ça, transfigurer le monde.

Oakoak est un artiste de rue français, originaire de St Etienne. Il détourne les éléments et les espaces urbains pour se les réapproprier et nous offrir sa vision du monde. A découvrir absolument !

street art