Archives Mensuelles: novembre 2013

hollysiz Come back to me

Un morceau entraînant, une chanteuse pleine d’énergie. Cela me rappelle Kim Wilde et peut-être un peu Blondie.

Publicités

Egon Schiele

Egon Schiele, artiste peintre dessinateur autrichien naît le 12 juin 1890 à Tull an der donau près de Vienne et meurt le 31 octobre 1918 à Vienne.

Ce prolifique génie de la peinture dont le mentor fut Gustav Klimt, a laissé derrière lui une production importante de tableaux dont bon nombre d’ autoportraits réalisés presque de manière obsessionnelle, comme s’il cherchait à explorer et sonder son âme. Ses expressions torturées ou énigmatiques semblent interroger la tourmente intérieure et la mort.
Sa démarche souvent considérée comme « voyeuriste » s’inscrivait-elle dans une recherche de la clé des mystères de la vie ?
Relevait-elle d’un processus prémonitoire où la mort, plus qu’une évidence, devient une fatalité ?
En effet, Egon Schiele a profondémment été marqué par le décès de sa soeur en 1893 et de son père, en 1905.
Ceci explique peut-être la présence de personnages souvent anguleux, dont le squelette se dessine presque par transparence sous la chair exécutée dans des teintes sombres ou rappelant celles de corps vidés de toute substance vitale, conférant ainsi à l’ambiance un caractère mortifère.
Pourtant, malgré les thèmes évoqués, ses nus et ses portraits témoignent d’un raffinement et d’une élégance rare.
Son trait précis et incisif, révèlent une excellente maîtrise du corps humain dans sa forme la plus expressionniste.
Ce qui frappe dans ses portraits, est sans doute son extraordinaire faculté à esquisser en quelques traits, dans l’acuité d’un regard, l’essence profonde d’une personnalité .

grand corps malade bohringer

Grand Corps Malade et Richard Bohringer – Course contre la honte

Essaimer ce message bienveillant c’est participer à la survie de l’amour dans ce monde.

HARUKI MURAKAMI

Haruki Murakami né le 12 janvier 1949 est un célèbre auteur japonais dont le roman « la ballade de l’impossible » a été porté à l’écran et dont la trilogie 1q84 2q84 et 3q84 a connu un succès retentissant.
Il a tenu un club de jazz pendant 8 ans, enseigné la littérature japonaise à l’université de Princeton et traduit des romans de Raymond Carver, Scott Fitzgérald ou encore John Irving.
Je voudrais dire quelques mots sur cet auteur que j’affectionne et dont le thème fort est l’amour.
J’ai découvert Murakami par hasard sur une table de librairie. Certains de ses ouvrages avaient été mis en avant et j’ai été attirée par les titres de ces romans. J’ai acheté « après le tremblement de terre » pour l’offrir à un ami et j’ai ensuite emprunté le passage de la nuit. J’avoue que j’étais réticente au départ mais quelle ne fut pas ma surprise en lisant ce livre.
Ce fut un réel bouleversement. j’ai découvert alors un univers complètement différent de ceux que j’avais l’habitude de lire et ce fut pour moi une révélation. Voilà un auteur qui parle le même langage que moi.
J’ai ensuite dévoré les autres. La ballade de l’impossible, au sud de la frontière, à l’ouest du soleil, les amants du spoutnik, et le livre qui m’a vraiment transportée ensuite, kafka sur le rivage. Il y en a tant d’autres : » la course au mouton sauvage », » danse, danse,danse » pour ne citer que ceux-là.
Ce qui va suivre n’engage que moi en tant que lecteur. D’autres auront une vision sans doute très différente de mon analyse.
Ce que j’aime chez lui, c’est qu’il présente un monde où la frontière entre le réel et l’imaginaire est si ténue qu’elle s’estompe par endroit et laisse place à la magie. Haruki explore la valse des sentiments avec un art consommé de la métaphore et nous présente une palette d’émotions aussi riche que celle d’un peintre surréaliste.La nostalgie et la mélancolie y sont présentes, mais elles n’excluent pas l’humour. La quête de l’amour est à l’origine de la quête de soi-même et la liberté avec laquelle Haruki traite ce sujet, réside dans sa capacité à nous offrir un espace où s’épanouissent tous les possibles. Là où d’autres pourraient s’aliéner à l’obligation de fournir une réponse claire ou rationnelle aux évènements, il se permet le luxe de le faire ou de les laisser en suspend.
Ses romans développent un univers onirique extraordinaire, subtil mélange de fiction et de réel avec en toile de fond, une satire sociale. Sa réflexion sur la société japonaise et sur le monde en général fait résonance en moi.
Murakami, est un auteur capable d’avoir un regard contemporain sur un thème universel. Le questionnement sur l’identité humaine et la sensation d’avoir fait un grand voyage à l’intérieur d’un rêve sont les impressions que me laissent chacun de ses livres. Je les emporte toujours avec moi.
Si vous ne le connaissez pas encore, je vous invite à le découvrir.

Serge Gainsbourg

Je voudrais dédier ce moment à cet homme dont la provocation et la vulgarité feinte n’avaient d’égal que la grande sensibilité et l’intelligence dont il était doté.
Il promenait son regard désabusé et sa lucidité sur le monde sans jamais se départir de cet amour pour la beauté des choses.
C’était un grand auteur compositeur interprète dont les chansons rendaient hommage aux femmes avec poésie.