Priscilla, folle du désert.

Un film australien de 1994 réalisé par Stephan Elliot.

Un road-movie musical déjanté qui met en scène des drag-queens hautes en couleur, et magnifiquement interprété par Terence Stamp, Hugo Weaving et Guy Pearce. C’est un film touchant et émouvant qui raconte la traversée d’un groupe de 3 drag-queens qui traversent le bush australien à bord d’un vieux bus, pour se rendre au casino d’ Alice Spring où elles ont décroché un contrat pour quatre semaines. Leurs tenues, leur gouaille et leur personnalité ne laissent pas les paysans du coin indifférents.Elles font l’effet d’un ovni au milieu des paysans et aborigènes tant leurs personnages sont contrastés. C’est un film aux personnages attachants, aux musiques entraînantes et aux images époustouflantes. Certaines scènes se regardent comme un tableau. C’est un véritable morceau choisi de poésie avec des envolées lyriques, des réparties percutantes et qui permet de traiter avec intelligence et sensibilité de la différence,la tolérance et l’amitié. Un de ces films inoubliables dont on ne se lasse jamais. Je vous le recommande.

Publicités

À propos de gaïa

Ma plume est un cri, ma feuille en est l' écho.

Publié le 18/07/2013, dans film, musique. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :