LE TEMPS

Aujourd’hui, je voudrais parler du temps. Pas du temps qu’il fait mais de celui qui exprime la

notion de durée.

Qu’ est-ce que le temps ? Existe t il vraiment ?

Pourquoi est il si important à nos yeux et au cœur de toutes nos préoccupations ?

On ne peut le matérialiser et il se déroule à l’infini.

Globalement, dans divers dictionnaires, le temps est défini comme une période dans laquelle se succèdent des événements.

Ce sont les événements donc qui donnent une notion de finitude dans cet infini.

Le temps est immatériel. Nous ne pouvons le voir, ni le toucher ni le sentir et pourtant il est partout. Il s’exprime à travers le rythme des saisons, le passage du jour à la nuit, le vieillissement, tout ce qui est visible et introduit la notion de changement.

Il naît de notre observation des variations des choses. Et la récurrence des phénomènes observés introduit la notion de cycle.

L’horloge est une boucle fermée dont nous aimerions bien sortir parfois.

Notre existence est réglée sur la notion de temps. Le temps d’aimer, de vivre, de travailler, de se divertir. Nous le monnayons, l’interrogeons. Nous voulons le maîtriser, l’afficher, le compartimenter, le consulter sans cesse. Le retenir ou le tuer.

Pourquoi ?

Parce que le temps règle notre horloge biologique. Il régit notre existence et à droit de mort sur nos vies. Il nous donne et nous prend sans que nous ayons aucune prise sur lui. Nous ne pouvons ni l’arrêter, ni l’accélérer. Toute impression contraire est conditionnée par la relativité.

Aurions nous le même intérêt pour lui s’il n’impliquait pas la finitude ? S’il était réversible ?

Nous lui avons donné une forme consensuelle. Il est, en apparence, le même pour tous. Le temps permet d’inscrire une action dans la durée et nous donne une raison d’exister.

Est-ce lui qui passe sur nous ou est-ce nous qui passons dans le temps ? Peut-on imaginer un espace temps figé sans nous impliquer ?

Si le temps était autrement ?

Commander au temps, jouer avec lui, c’est ce dont nous rêvons tous.

Un écrivain a évoqué le sujet d’une manière pour le moins originale. Il émet l’hypothèse d’une existence qui se déroule à contre courant. Un compte à rebours où l’amour est rendu possible lorsque la petite et la grande aiguille se rencontrent. Je fais allusion à

« L’étrange histoire de Benjamin Button », de F. Scott Fitzgerald.

La difficulté de vivre pour un être qui s’inscrit dans l’anarchie temporelle est claire.

Dans toute fiction, le temps est présent et il serait intéressant de se demander ce que nous deviendrions si le temps n’existait pas. Deviendrions nous immortels pour autant ?

Le temps fait et fera encore couler beaucoup d’encre.

A l’instar de ce peintre Français d’origine polonaise, Opalka, qui en 1965 a entamé un processus d’inscription de son être dans le temps. Il est décédé le 06 08 2006.

Tout son travail consistait à marquer l’irréversibilité dans le temps.

Durant toute cette période qui va de cette prise de conscience(1965) à sa finitude, 2006, Opalka n’a eu de cesse d’aligner des chiffres sur ses toiles, les peignant  en noir sur fond blanc , en blanc sur fond noir puis en blanc sur fond blanc. Véritable signe du temps qui passe, trace visible de l’effacement de son empreinte sur la toile comme l’effacement de son être dans l’existence. Il appuyait cet exercice par des enregistrements sonores de sa voix pendant qu’il énumérait les chiffres qu’il peignait et se prenait régulièrement en photo, de telle sorte que le temps déposait sa marque non seulement sur sa toile mais sur son visage.

L’écriture offre un autre espace temps que celui dans lequel nous évoluons. A la manière d’ Opalka, un roman nous offre une ouverture sur une autre dimension.

Image

Publicités

À propos de gaïa

Ma plume est un cri, ma feuille en est l' écho.

Publié le 10/11/2012, dans Uncategorized. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :