DERRIERE LA PORTE

Vous est-il déjà arrivé de vous demander ce qu’il se passait derrière les murs de votre voisin ?

De vous demander en croisant une personne étrangère dans la rue, ce qu’elle devenait une fois engloutie par la porte de chez elle ? Qui est elle et que fait elle ?

Si l’on prend cela comme une métaphore, cela revient à dire que le mur est le corps de l’individu et l’intérieur, son  esprit.

– Que se passe t’il à l’intérieur ?  Qu’est ce qui fait qu’un individu est indivisible ? Qu’est ce qui fait que le mur cache l’esprit ?

C’est un peu comme se demander ce qu’est la vie. Qu’y a-t-il avant et après ?

Pourquoi Dieu n’est il pas une femme ?

Si quelqu’un a les réponses qu’il se manifeste au plus vite ! Sinon, il reste l’hypothèse, le fantasme, les croyances.

Cette question me fascine et lorsque j’écris, cela revient toujours en filigrane.

Le mystère des origines. Il ne reste plus alors qu’à imaginer… A sublimer.

Chacun se pose des questions sur des sujets différents et tout le monde a ses priorités mais il est une question que tout le monde s’est posé à un moment donné

D’où est-ce que je viens ?

D’aucuns diront que nous sommes une création de Dieu.

D’autres plus sceptiques diront que nous émanons de quelque chose mais pas d’un être divin.  Qui se satisfait vraiment de ces réponses ?

 

Finalement, si l’on se penche sur la question, quel que soit le point de vue, il subsiste toujours une zone d’ombre car nous sommes conditionnés par un même raisonnement. Il y a forcément un commencement. Cela donne le vertige car lorsque nous cherchons le commencement, paradoxalement, nous n’en voyons plus la fin. Nous persistons pourtant à chercher encore à savoir où la vie prend sa source. Pourquoi n’y aurait il pas une origine à Dieu ?

 Seul Dieu est incréé. Et si nous acceptions le postulat qu’il peut y avoir une vie en dehors de tout commencement pour les pauvres humains que nous sommes également ?

Le néant, cela donne le vertige je l’admets.

 

Et comme pour le voisin ou la personne étrangère, nous serions en droit de nous demander

– D’ où vient il et à quoi pense t’il ?

Personne n’est à la hauteur de Dieu, excepté celui qui crée.

Un auteur peut se substituer à lui et prêter vie à des personnages.

Il connaîtra alors leurs pensées les plus profondes, leurs motivations, leurs travers et aura droit de vie ou de mort sur ses sujets, à l’instar de Dieu. Non ?

Alors permettez moi de me travestir en un dieu de papier, juste le temps d’une histoire, pour le plaisir de vous divertir. 

Publicités

À propos de gaïa

Ma plume est un cri, ma feuille en est l' écho.

Publié le 04/11/2012, dans Uncategorized. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :